3 décembre 2022
Essence de synthese pour l'avenir

L’essence de synthèse, le futur de l’automobile?

Le respect de l’environnement passe par des réductions substantielles des émissions de gaz à effet de serre. Pour cela, les constructeurs sont impliqués depuis de nombreuses années dans la fabrication et la commercialisation de véhicules hybrides et 100% électriques.

Cependant, la perspective de remplacer les véhicules à carburant conventionnel par ces nouveaux véhicules est encore très lointaine. Compte tenu de l’urgence, l’essence synthétique semble être une solution intermédiaire. De quoi s’agit-il exactement ?

L’essence de synthèse dans un futur proche

Si la perspective de l’essence synthétique semble si intéressante, c’est parce que même les solutions actuellement proposées pour surmonter les émissions de CO2 peuvent encore être améliorées. Les véhicules électriques sont sans aucun doute une contribution bénéfique à l’environnement, mais à l’heure actuelle, ils ne peuvent pas résoudre immédiatement ce problème à grande échelle.

Contre toute attente, les véhicules électriques causent plus de problèmes qu’ils n’en résolvent. Les matériaux utilisés pour concevoir les batteries lithium-ion proviennent d’exploitations minières nuisibles à l’environnement. De plus, il reste nécessaire de se pencher sur la question de l’autonomie, qui permettra de dépasser la barre des 500 km et d’habituer le public au coût de vente d’une de ces voitures, même en bas de gamme.

Si les voitures 100 % électriques manquent de cette noblesse, les hybrides ne valent pas mieux, car ce sont de pâles répliques. Jusque-là, l’impact environnemental positif de l’hybridation reste assez flou.

Dans ce contexte, il n’est pas superflu d’explorer d’autres pistes qui pourraient apporter des solutions durables et écologiques au problème de la pollution des véhicules.

Production d’essence de synthèse

L’essence de synthèse est découverte depuis 30 ans, mais ce n’est que récemment que cette alternative est devenue une véritable solution durable. L’apparition du mot « essence » dans le terme « essence synthétique » a dû susciter de nombreux doutes. Nous devrons regarder cela de plus près pour comprendre ce qu’est vraiment ce nouveau carburant.

Il provient d’une nouvelle méthode qui interdit l’utilisation de sources alimentaires pour convertir les déchets industriels en essence. Pour ce faire, les chercheurs devaient déterminer la composition du gaz produit à partir de la biomasse. C’est ce gaz qui est ensuite transformé en essence de synthèse. À cet égard, le méthanol est un bon candidat pour sa production, qui promet de réduire le CO2 d’environ 90 %.

Le plus grand avantage de l’essence synthétique est qu’elle fonctionne de la même manière que les carburants conventionnels. C’est une bonne nouvelle pour les conducteurs et les constructeurs, qui n’auront pas à équiper certains de modèles entièrement nouveaux et pour d’autres à ne pas se lancer dans ces nouveaux modèles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *